la vitamine A (rétinol)

La vitamine A est une vitamine liposoluble (soluble dans les graisses) intervenant en premier lieu dans les mécanismes de la vision. Elle peut être stockée dans le corps, principalement au niveau du foie.
Le rétinol est la forme principale des précurseurs de la vitamine A dans les aliments d’origine animale avec une autre forme, le β-carotène présent dans notre alimentation d’origine végétale.

La vitamine A est sensible à la chaleur, à la lumière et à l’air. Il faudra bien gérer le stockage de ses produits ou consommer les aliments rapidement pour préserver ses qualités.

huile de foie morue

Sous quelles formes trouve-t-on la vitamine a ?

  • LogoAlimentation
    Alimentation
  • Logo Comprimés
    Comprimés
  • Logo Ampoules
    Ampoules
  • Logo Capsules
    Capsules
  • Logo Solution buvable
    Solution buvable
  • Logo Gouttes
    Gouttes

Quel est le rôle de la vitamine A et combien doit-on en consommer ?

A quoi sert la vitamine A ?

La vitamine A intervient principalement dans le mécanisme de la vision où elle sert de base à de multiples réactions chimiques permettant essentiellement de s’adapter à la luminosité.
Elle intervient dans la différenciation cellulaire ce qui lui vaut d’avoir des rôles variés :

  • Système immunitaire
  • Développement de l’embryon
  • Renouvellement des tissus : cicatrisation

Elle présente aussi une activité d’antioxydant.

Quelle quantité de vitamine A doit-on consommer ?

Le dosage sanguin de la vitamine A est effectué sur la rétinolémie, c’est à dire la quantité de rétinol dans le sang. Le β-carotène n’est pas totalement converti en rétinol et il est donc nécessaire de parler en “équivalence de rétinol” (ER) lorsque l’on veut parler de quantité de vitamine A.
La formule 1 μg β-carotène = 1/6 μg ER permet de calculer cette équivalence.
Ces tests permettent d’évaluer les réserves de vitamine A mais ne donnent qu’une évaluation qualitative et ne sont pas toujours interprétables.

L’évaluation des apports en vitamine A d’une personne repose surtout sur l’enquête alimentaire puisque l'absorption de la vitamine A, qui rappelons-le est liposoluble, dépend de la ration de lipides apportée par l’alimentation.

Les valeurs nutritionnelles de référence chez l’adulte sont de 650 μg par jour pour une femme et de 750 μg par jour pour un homme.

Les apports recommandés ne sont pas les mêmes pour toutes les catégories de population.
Les besoins journaliers des enfants sont légèrement inférieurs à ceux des adultes.

Dans le cadre de certaines pathologies, une exploration plus approfondie devra être envisagée afin de diminuer ou d’augmenter ces besoins journaliers. Ce point sera traité lorsque nous aborderons le risque de carence ou d’excès.

PopulationApports recommandés par jour en μg ER
Hommes adultes750
Femmes adultes650
Femmes enceintes700
Femmes allaitantes1300
Enfants de 7 à 11 mois250
Enfant de 1 à 3 ans250
Enfant de 4 à 6 ans300
Enfant de 7 à 10 ans400
Enfant de 11 à 14 ans600

Tableau n°1 : Valeurs nutritionnelles de référence pour la vitamine A

Quels sont les symptômes et les risques d’une carence en vitamine A ?

Qui est exposé ?

Selon l’étude Inca 3, les apports en vitamine A de la population française semblent satisfaisants pour toutes les catégories de la population.

Le risque de carence en vitamine A dans les pays industrialisés est donc très faible contrairement aux pays en voie de développement.

Certains groupes de la population peuvent être classés à risque de carence en vitamine A, il s’agit des personnes ayant subi une intervention chirurgicale du tube digestif, chirurgie bariatrique par exemple, les personnes ayant contracté une infection sévère ou les personnes âgées. Ces carences restent vraiment exceptionnelles.

Un régime très restrictif en viande, oeufs et légumes verts peut lui aussi créer une carence en vitamine A.

Quelles sont les conséquences d’un manque de vitamine A ?

La baisse de l’acuité visuelle est une des premières conséquences de cette carence en vitamine A.

Une baisse de l’immunité peut être exceptionnellement constatée, notamment chez les jeunes enfants.

Un retard de croissance chez le foetus est observé en cas de carence importante mais attention, une supplémentation en vitamine A peut avoir des conséquences graves que nous reverrons plus tard.

Quels sont les symptômes d’une carence en vitamine A ?

Le signe d’alerte le plus connu est la baisse de la vision en fin de journée, quand la lumière est basse, appelée cécité crépusculaire.

Ce signe n’est pas spécifique à la carence en vitamine A. Il est indispensable de consulter votre médecin ou votre ophtalmologiste avant de mettre en place une supplémentation. Si celle-ci est envisagée, ils pourront vous conseiller sur les posologies et les dosages adaptés.

 

Quels aliments sont le plus dosés en vitamine A ?

Botte de carotte

La vitamine A se trouve sous deux formes différentes dans notre alimentation.

La première, le rétinol est contenu principalement dans les aliments d’origine animale tels que l’huile de foie de morue, les foies de veau, de poulet, de canard, les abats ou le beurre.

La deuxième forme est le Bêta-carotène disponible dans les aliments d’origine végétale tels que la carotte, la patate douce ou les épinards.

Chez le nourrisson, le lait maternel est l’aliment qui permet de couvrir à lui seul les apports en vitamine A. Les laits infantiles (préparation pour nourrissons - lait 1er âge - et préparations de suite - laits 2ème âge) sont adaptés aux besoins des jeunes enfants. Les quantités de vitamine A présentes sont strictement encadrées par la législation.

Il est important de stocker les aliments contenant de la vitamine A à l’abri de la chaleur et de la lumière afin de préserver au maximum leurs vertus.
Mangez rapidement les fruits et légumes après leur achat.

Attention, un régime alimentaire particulier (sans viandes, sans légumes), qu’il soit lié à des goûts, des convictions ou à une pathologie spécifique, est un risque supplémentaire de carence en vitamine A.

Exemple d’apports en vitamine A de certains aliments selon la table ciqual :

 

Aliments riches en vitamine ATeneur moyenne en vitamine A (μg ER pour 100 g d'aliments)
Huile de foie de morue3000
Foie de veau10500
Pâté de foie de porc8800
Carotte crue1066
Patate douce crue709
Beurre680

Tableau n°2 : Teneur moyenne en vitamine A de quelques aliments

Supplémentation, contre-indications et risque d’excès en vitamine A

La vitamine A est une vitamine liposoluble. Elle n’est donc pas éliminée par les urines et peut se stocker au niveau du foie.

Peut-on avoir trop de vitamine A ?

Le risque d’excès sans supplémentation, uniquement par l’apport des aliments reste très faible pour la population générale.
Une attention particulière doit être apportée pour les femmes enceintes. En effet, un apport important en vitamine A d’origine animale peut créer des malformations congénitales. Il est donc fortement déconseillé de consommer du foie, peu importe l’animal, lors de la grossesse.
Les fruits et légumes ne sont en revanche pas à restreindre et ils ne présentent aucun danger par leur apport en bêta-carotène.

Une supplémentation en bêta-carotène est à éviter chez les fumeurs car celle-ci augmente le risque de cancer du poumon.

Un excès de vitamine A dans le corps peut donc exister et est dangereux pour la santé.

Des apports supérieurs à 1500 μg ER (équivalent rétinol) sont déconseillés et peuvent déjà induire des effets secondaires.

Les symptômes d'une intoxication aigüe à la vitamine A sont des troubles digestifs (nausées, vomissements) pouvant aller jusqu’à une augmentation de la pression intracrânienne ou des douleurs osseuses.
Des troubles hépatiques irréversibles peuvent être constatés lors d’un surdosage prolongé et régulier.

Une dose de sécurité a été définie par les autorités (EFSA). Celle-ci est de 3 mg/j en lien avec la possibilité d’intoxication du foie (hépatotoxicité) ou le risque pour le foetus dans le cadre d’une grossesse.

Précautions d’emploi et mise en garde

Il faudra particulièrement faire attention lors de la supplémentation en vitamine A des bébés et des jeunes enfants.
En effet, les doses journalières recommandées chez l’enfant sont inférieures à celles proposées chez l'adulte. Un complément alimentaire pour adulte ne doit pas être proposé à un enfant sans conseil d’un professionnel de santé.

Les femmes enceintes et les fumeurs ne doivent pas prendre de compléments alimentaires contenant de la vitamine A sans consulter un professionnel de santé (diététicien, médecin, pharmacien…).

Les résultats de l’étude Inca3, indiqués précédemment, démontrent l’intérêt de la mise en place d’une supplémentation chez certaines catégories de personnes mais elle doit être bien conduite.

Les compléments alimentaires contenant de la vitamine A

La vitamine A est souvent proposée dans les produits multivitamines (tonus et vitalité) de nos pharmacies et parapharmacies. Les compléments alimentaires pour la vision, la beauté de la peau et la prévention du vieillissement cellulaire en contiennent aussi.
Ces derniers sont disponibles sous la forme de comprimés (à avaler, à croquer ou effervescents), de capsules, d’ampoules ou autres solutions buvables et sont destinés à l’adulte et/ou à l’enfant selon le type de produit et la posologie.

On ne trouve pas énormément de produits formulés à base de vitamine A naturelle. Ceux qui le sont l'apportent généralement grâce à de l’huile de foie de morue ou des algues.

D’un point de vue réglementaire, l’agence européenne de sécurité des aliments estime que les aliments et les compléments alimentaires contenant au moins 15% des apports recommandés (120 µg pour un adulte) de vitamine A (rétinol) pour 100 g peuvent prétendre :

  • Contribuer au métabolisme normal du fer.
  • Contribuer au maintien des muqueuses et d’une peau normales.
  • Contribuer au maintien d’une vision normale.
  • Contribuer au fonctionnement normal du système immunitaire.
  • Jouer un rôle dans le processus de différenciation cellulaire.

Au contraire, la même agence estime que les compléments alimentaires contenant de la vitamine A ne peuvent prétendre :

  • Être nécessaires à la bonne santé des dents, des os, des cheveux, de la peau et des ongles.
  • Favoriser la bonne croissance des os et des dents.
  • Être nécessaires au maintien énergétique et à la vitalité.
  • Protéger contre les dommages des radicaux libres sur les muscles.

La supplémentation en vitamine A via ce type de produit peut s’avérer utile seulement en cas de déséquilibre alimentaire. La forme et le dosage en vitamine A du complément alimentaire sont les principaux critères à surveiller compte tenu des apports moyens de la population française qui sont généralement satisfaisants. Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle et soyez avertis dès la parution de notre comparatif des multivitamines et minéraux.

Contre-indication :

Comme cité précédemment, il existe un risque à supplémenter une femme enceinte ou de jeunes enfants avec de la vitamine A. Un avis médical est fortement recommandé.

Les fumeurs ne doivent pas consommer de compléments alimentaires riches en bêta-carotène qui pourraient augmenter le risque de cancer du poumon.

Vitamine A : l'avis de souslaboite.com

Dans les pays industrialisés une supplémentation en vitamine A ne parait pas nécessaire et ne semble en rien prioritaire pour une personne bien portante avec une alimentation équilibrée régulière.
Certaines populations à risque telles que les personnes âgées, les personnes ayant subi une intervention digestive ou les personnes souffrant de malabsorptions intestinales doivent demander conseil à leur médecin avant de prendre ce genre de supplémentation.
Au contraire, les compléments alimentaires et autres médicaments contenant de la vitamine A doivent être pris en tenant compte de la santé de chacun, des pathologies, des dosages et des formes de vitamine A présentes dans la formule compte tenu du danger qu’un excès pourrait avoir sur la santé.

L’utilisation de la vitamine A à forte dose doit être absolument prudente, principalement chez la femme enceinte ou le jeune enfant où là, elle doit être proposée seulement sous contrôle médical.

Références

1 - Ciqual : table de composition nutritionnelle des aliments.
2 - Scientific Opinion on Dietary Reference Values for vitamin A. EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA) European Food Safety Authority (EFSA).
3 - INCA 3 : Evolution des habitudes et modes de consommation, de nouveaux enjeux en matière de sécurité sanitaire et de nutrition
4 - EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA); Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to vitamin A
5 - Présentation, besoins nutritionnels et sources alimentaires pour la vitamine A. ANSES
6 - The Effect of Vitamin E and Beta Carotene on the Incidence of Lung Cancer and Other Cancers in Male Smokers. The Alpha-Tocopherol Beta Carotene Cancer Prevention Study Group. April 14, 1994 N Engl J Med 1994; 330:1029-1035 DOI: 10.1056/NEJM199404143301501
7 - Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires. ANSES 2016

Sophie, diététicienne nutritionniste

Par le mercredi, 18 septembre 2019

Mis à jour le mardi, 08 octobre 2019