Articulations

Les capsules de Flexofytol (Tilman) désormais sans dioxyde de titane

Par

Les laboratoires Tilman annoncent avoir retiré le très controversé dioxyde de titane (E171) de Flexofytol, leur complément alimentaire destiné aux articulations, depuis le 01 avril 2019. Les boites de capsules contenant cet excipient devraient donc petit à petit disparaître des rayons des pharmacies et parapharmacies laissant place à la nouvelle formule.

Mais pourquoi cette molécule fait-elle aujourd'hui autant parler d’elle ?

Capsules de flexofytol

Qu’est-ce que le dioxyde de titane ?

Aussi connu sous les noms de TiO2 ou de E171, le dioxyde de titane (titanium dioxide) est une poudre blanche contenant des particules plus ou moins fines dont une partie peut être d’une taille de l’ordre de la centaine de nanomètres (nanoparticules).

Dans l’agroalimentaire (confiserie, boulangerie) et le secteur pharmaceutique, il peut servir de colorant ou être intégré aux emballages, y compris aux gélules, pour ses effets barrières face aux ultraviolets (UV).
Le dioxyde de titane est aussi utilisé dans les cosmétiques en tant que pigment (blanc) ou absorbeur de rayons ultraviolets (crème solaire).

Pourquoi supprimer le dioxyde de titane ?

Le dioxyde de titane (E171) reste un excipient dont l’utilisation est globalement controversée mais ce sont surtout les nanoparticules que cette poudre peut contenir et leur capacité à pénétrer l’organisme qui inquiètent.

En 2016, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) concluait de l’absence de risque sanitaire quant à l’exposition des consommateurs au dioxyde de titane contenu dans l’alimentation.

En 2017, une étude de l’institut national de la recherche agronomique (INRA) a permis de montrer que le dioxyde de titane ingéré par le rat rejoignait la circulation sanguine en pénétrant la paroi de l’intestin et était retrouvé dans le foie de l’animal.
Par ailleurs, les résultats de ces travaux montrent que l’exposition chronique à cet additif a favorisé la croissance de cellules précancéreuses au niveau de l’intestin.
Bien que ces résultats ne puissent être directement transcrits à l’Homme, l’ANSES reconnaît alors la mise en évidence d’effets non identifiés auparavant et souligne la nécessité de mener des études supplémentaires.

En 2019, l’ANSES rend ses conclusions après avoir évalué 25 nouvelles études de toxicité concernant E171 parues entre 2017 et 2019.
L’agence conclut alors qu’elle “ne dispose pas d’éléments nouveaux par rapport à ses conclusions de 2017, permettant de lever les incertitudes sur l’innocuité de l’additif E171” et recommande une nouvelle fois de limiter les expositions à tout type de nanoparticules.

Le gouvernement Français, après avoir beaucoup hésité et attendu l’avis de l’ANSES, annonce la suspension de l’utilisation du dioxyde de titane dans les denrées alimentaires à partir de janvier 2020.
C’est donc clairement le principe de précaution qui est ici mis en avant.
Bien que cette décision soit un premier pas, des associations de consommateurs comme UFC que choisir pointent du doigt une logique qui n’a pas “été poussée jusqu’au bout” puisque le dioxyde de titane restera autorisé dans les médicaments et les cosmétiques, y compris les dentifrices.

L’avenir du dioxyde de titane dans les compléments alimentaires

Tout comme les médicaments (non concernés par la suspension), de nombreux compléments alimentaires contiennent du dioxyde de titane que l’on devrait donc petit à petit voir disparaître des formules.

Certaines marques, comme aujourd’hui le Belge Tilman et son produit Flexofytol, ont d’ailleurs pris les devants et ont déjà commencé à retirer cet additif de leurs capsules, comprimés ou gélules. En 2018, c’était le laboratoire des Granions qui nous avertissait du retrait du dioxyde de titane dans Chondrostéo+.

Si l’absence de ce colorant controversé est généralement présentée comme un argument de vente, le retrait du dioxyde de titane répond aussi à une demande toujours plus forte de consommateurs de plus en plus attentifs au principe de précaution et à l’innocuité des excipients ainsi qu’aux petites lignes des étiquettes de leurs compléments alimentaires.

Flavien, préparateur en pharmacie

Par Flavien, préparateur en pharmacie,
le mercredi, 10 juillet 2019

Mis à jour le mercredi, 10 juillet 2019

Références

1 - Re-evaluation of titanium dioxide (E 171) as a food additive. EFSA.
2 - Additif alimentaire E171 : les premiers résultats de l’exposition orale aux nanoparticules de dioxyde de titane. INRA.
3 - Dioxyde de titane. anses.fr
4 - Dioxyde de titane : l’additif E171 sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020. Communiqué de presse du ministère de la transition écologique et solidarité.