Probiotiques adultes

De sérieuses pistes pour soulager le syndrome de l’intestin irritable

Par

Le syndrome de l’intestin irritable, appelé aussi colopathie fonctionnelle et parfois surnommé « côlon irritable » bien qu’il touche le côlon et l’intestin grêle, est le trouble fonctionnel digestif le plus fréquent.

Il s’agit d’une maladie chronique se manifestant par des perturbations digestives récurrentes telles que la diarrhée, la constipation, l’alternance entre les deux ou des ballonnements. L’origine des symptômes est complexe et serait liée à des troubles de la motricité intestinale, une hypersensibilité viscérale, une relation dysfonctionnelle entre les intestins et le cerveau, une augmentation de la perméabilité digestive, une dysbiose du microbiote (déséquilibre de la flore intestinale)… C’est sur ces nombreuses causes d’inconfort que les traitements alternatifs essaient d’agir.

 

L’alimentation et le stress sont les principaux facteurs déclenchants de ces symptômes. Vivre avec un syndrome de l’intestin irritable n’est pas toujours facile, la qualité de vie est altérée, les sorties sont parfois diminuées ou adaptées… C’est pour ces raisons q’une simple amélioration des douleurs, même légère, peut être intéressante. 

Dans ce but, nous avons fait un état des lieux des avancées scientifiques et décidé de vous proposer quelques pistes pour soulager un peu le quotidien. Ces astuces, principalement proposées lors de mes consultations diététiques, concernent dans un premier temps l’alimentation (évaluation des capacités de digestion de la personne) puis dans un second temps, l’introduction de probiotiques afin de rééquilibrer la flore intestinale.

Dans un premier temps, il est important de différencier deux groupes de patients : les patients souffrant d’un syndrome de l'intestin irritable (SII) à constipation prédominante et ceux avec un SII à diarrhée ou alternance diarrhée – constipation prédominante.
Nos astuces concernent surtout les 2 dernières formes évoquées.

FODMAP : Une clé dans la prise en charge alimentaire du syndrome du « côlon irritable »

Légumes

Pour la forme de constipation, peu de solutions sont trouvées en dehors de l’introduction à l’alimentation de fibres solubles, et l’éviction de fibres insolubles.

Pour les formes diarrhée ou alternance diarrhée-constipation, voici les résultats de nos recherches :
Des études ont montré des résultats encourageants dans la diminution des symptômes tels que la douleurs abdominale et la diarrhée grâce à une diminution de la consommation d’aliments FODMAP1,2 (voir la liste ci-dessous).

Les FODMAP sont de petits hydrates de carbone, oligosaccharides, et des polyols (alcool du sucre) qui sont difficilement et donc peu absorbés par l’intestin grêle. Lorsque ces aliments sont peu absorbés, ils peuvent induire une distension abdominale à l’origine de douleur abdominales importantes, parfois de diarrhées puis en arrivant dans le gros intestin, par la libération d’hydrogène, entrainent des ballonnements3.

Liste des aliments riches en FODMAP

Afin de diminuer le risque de survenue d’inconfort, limiter la consommation d’aliments riches en FODMAP présente un intérêt dans le traitement symptomatologique de l’intestin irritable.

Voici une liste non exhaustive d’aliments riches en FODMAP face à ceux qui vous permettront de les remplacer pour limiter le risque d’inconfort :

Aliments à limiter

Aliments pour remplacer (aliments autorisés)

Blé, seigle, orge

Sarrasin, riz, maïs, avoine, polenta, quinoa, pomme de terre

Artichauts, asperges, tous les choux, betterave, fenouil, poireau, champignons, endive

Oignons, ail

Légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots blancs…)

Carotte, poivron, concombre, aubergine,haricot vert, épinard, courgette, laitue

Gingembre, ciboulette

noix de macadamia, arachide, noix pignon, tofu

Chocolat, Miel, confitures de fruits, sirops de maïs et d’agave

Sirop d’érable, glucose

Pomme, abricot, cerise, mûre, mangue, nectarine, pêche, poire, prune, pastèque

Fruits secs (figues, abricots, dattes…)

Banane, melon,

Pamplemousse, orange, mandarine, citron, raisin, fruit de la passion, fraise, framboise, myrtille

Fromage blanc, fromages frais, ricotta, crème anglaise, crème glacée, lait, yaourt

Produits laitiers sans lactose, autres fromages

Attention aux édulcorants : Produits contenant polyols ou alcool de sucre

 

Comment évaluer votre tolérance en FODMAP

La liste des aliments riches en FODMAP peut paraître impressionnante mais il est important de savoir qu’il ne s’agit pas de les supprimer totalement. Le but est d’éviter d’en cumuler un certain nombre sur le même repas ou sur la même journée. Le plus important est d’évaluer votre tolérance personnelle. Pour ceci, nous vous conseillons de noter le repas précédant chaque épisode de douleur ou de diarrhée afin de reconnaître les aliments qui vous incommodent. N’oubliez jamais que plus un régime est restrictif plus le risque de carences est grand.

Nous tenons à préciser qu’aucune amélioration n’a été constatée dans les 2 formes du syndrome d’intestin irritable grâce à un régime sans gluten. L’éviction du gluten est proposée dans le cadre d’une maladie très spécifique qui est la maladie cœliaque et seulement dans ce cadre-là.

Les probiotiques : une alternative au traitement des symptômes de l’intestin irritable

Ensemble de probiotiques

Le contexte

De nombreuses méthodes sont en cours d’exploration afin de soulager au mieux les patients. La prise de probiotiques reste l’une d’entre elles obtenant les meilleurs résultats. Les patients avec un syndrome d’intestin irritable sont très nombreux à avoir testé cette technique, majoritairement de leur propre initiative ou parfois suite à un conseil médical.
Le choix du bon probiotique pose cependant un réel problème et les produits du marché offrent une multitude de souches dont les indications sont très variables (voir notre comparatif des probiotiques).

Le microbiote

Le microbiote, anciennement appelé flore intestinale, est l’ensemble des micro-organismes vivant dans notre côlon et nos intestins. Son rôle principal est de fabriquer une barrière protectrice empêchant l’entrée d’agents pathogènes potentiellement agressifs pour notre corps. Ce microbiote va aussi devoir transformer les glucides non dégradés par notre intestin grêle, c’est cette étape qui crée des gaz que nous appelons flatulences.

Les probiotiques

Un probiotique est un micro-organisme vivant, qui ingéré en quantité suffisante procure un bénéfice sur la santé de son hôte. Il va influencer et modifier la qualité et la quantité de la flore intestinale déjà présente. La supplémentation en probiotiques a pour but de retrouver un équilibre du microbiote et donc de diminuer les effets délétères et inconfortables de cette disproportion.

Au cours du syndrome de l’intestin irritable, principalement pour la forme diarrhéique, des anomalies du microbiote ont été démontrées. Cela entraîne une augmentation de la production de gaz lors de la consommation des aliments FODMAP. Nous comprenons alors l’intérêt suscité pour les probiotiques afin de faciliter cette digestion. Nous avons repris les études des dernières années afin d’évaluer les souches les plus efficaces.

L’étude la plus récente (2014) concerne la souche de Lactobacillus rhamnosus GG administrée à une posologie de 6 fois 109 UFC par jour pendant 6 semaines4. Ses résultats dénotent une amélioration du score de gravité de la pathologie, surtout chez les patients avec la forme diarrhée ou alternante, et concluent donc que le traitement par probiotiques a un intérêt dans ces formes de côlon irritable,

D’autres études, plus anciennes, ont permis de démontrer l’intérêt de souches de probiotiques plus variées:

  • VSLD#3 a diminué les ballonnements5
  • Lactibiane tolérance a permis de diminuer l’hyperalgie (douleur) à une posologie de 109 UFC/jour pendant 15 jours6 (cf fiche produit)
  • Des souches de bifidobactéries infantis ou un mélange de souches à une posologie de 4,8 × 10 9 UFC permet d’améliorer la qualité de vie7
  • Une capsule probiotique de 8-9 x 10 9 unités formant des colonies, avec une quantité égale de chaque souche contenant L. rhamnosus GG (ATCC 53103, LGG), L. rhamnosusLC705 (DSM 7061, LC705), P. freudenreichii ssp. shermanii JS (DSM 7067, PJS) et B. breve BB99 (DSM 13692, BB99) pendant 6 mois a modifié la dysbiose du microbiote intestinal des personnes souffrant d’intestin irritable8

Toutes ces études permettent de démontrer l’intérêt de la supplémentation en probiotiques dans la prise en charge globale du syndrome de l’intestin irritable.

Attention de ne pas associer probiotiques et prébiotiques car ces derniers appartiennent aux FODMAP et peuvent donc favoriser les troubles digestifs.

Notre conseil

Voici donc la liste des probiotiques de notre comparatif qui paraissent intéressants dans ce syndrome :

  • Lactibiane tolérance en augmentant la barrière intestinale et en diminuant l’hypersensibilité

    Lactibiane toleranceNotre analyse de Lactibiane Tolérance

  • Ergyphilus plus du laboratoire Nutergia à 2 gélules par jour. Sa teneur à 3 milliards UFC de Lactobacillus rhamnosus GG par gélule couvrirait les 6 milliards d’UFC conseillés dans l‘étude disponible ci-dessus.

    Ergyphilus plusNotre analyse de Ergyphilus plus

  • Kijimea Colon irritable. Sa souche de ferments lactiques B.Bifidum MIMBb75 permet d’agir comme un pansement sur la paroi intestinale fragilisée. Il permettrait ainsi d'empêcher les agents pathogènes de profiter de cette faiblesse pour pénétrer la barrière.

    Kijimea colon irritableNotre analyse de Kijimea Côlon irritable

Ce qu’il faut retenir

Pour conclure, nous pouvons dire que le syndrome d’intestin irritable provoque une réelle souffrance au quotidien diminuant fortement la qualité de vie des patients. Aucun malade ne vit sa pathologie de la même manière et les tolérances et les symptômes sont très « personnes dépendants ». Mais il est très important pour les patients de savoir que des solutions existent pour soulager les douleurs. Une diminution de la consommation des « FODMAP » et la prise de certains probiotiques ont permis d’obtenir des résultats similaires avec une diminution de la gravité de la maladie pour les patients à syndrome de forme diarrhéique ou alternante.

 

Sources :

1 - A diet low in FODMAPs reduces symptoms of irritable bowel syndrome - Halmos EP, Power VA, Shepherd SJ, Gibson PR, Muir JG.
2 - Evidence-based dietary management of functional gastrointestinal symptoms: The FODMAP approach - Peter R Gibson, Susan J Shepherd
3 - Wikipédia : FODMAP 
4 - Low FODMAP diet vs Lactobacillus rhamnosus GG in irritable bowel syndrome - N Pedersen, N Nyboe Andersen, Z Végh, L Jensen, D Vedel Ankersen, M Felding, M Hestetun Simonsen, JBurisch, P Munkholm
5 - A randomized controlled trial of a probiotic, VSL#3, on gut transit and symptoms in diarrhoea-predominant irritable bowel syndrome - Kim HJ, Camilleri M, McKinzie S, Lempke MB, Burton DD, Thomforde GM, Zinsmeister AR.
6 - Le probiotique Lactibiane Tolerance renforce l'intégrité de la barrière épithéliale et diminue l’hyperalgésie viscérale induite par le stress et les surnageants fécaux de malades atteints du syndrome de l'intestin irritable. T Piche, V Theodorou, MH Vivinus-Nébot, C Harkat, H Bziouech, R Plichon-Dainese, H Eutamène, S Holowacz, C Seyrig, N Gonthier.
7 - Clinical trial: multispecies probiotic supplementation alleviates the symptoms of irritable bowel syndrome and stabilizes intestinal microbiota. K Kanjander, E Myllyluoma, M Rajilic-Stojanovic, S Kyrönpalo, M Rasmussen, S Järvenpää, EG Zoetendal, WM De Vos , H Vappatalo, R Korpela.
8 - A probiotic mixture alleviates symptoms in irritable bowel syndrome patients : a controlled 6-month intervention. Kajander K, Hatakka K, Poussa T, Färkkilä M, Korpela R.

Sophie, diététicienne nutritionniste

Par Sophie, diététicienne nutritionniste le lundi, 22 mai 2017

Mis à jour le mardi, 06 novembre 2018